Mission éclipse du 26 février 2017 à Benguela

PNG

Une équipe de l’Institut d’astrophysique de Paris (CNRS/UPMC) a participé à une campagne d’observation de l’éclipse annulaire de Soleil en Angola le 26 février 2017. Cette équipe était composée des chercheurs Serge Koutchmy, Guillaume Hébrard et Alain Lecavelier des Étangs, accompagnés d’Olivier Urtado. Ils se sont rendus dans le sud de l‘Angola au sein d’une expédition organisée par les autorités angolaises, et notamment l’ISTM dirigé par Jaime Vilinga, pour être exactement sur la ligne de centralité.

Durant leur séjour, les chercheurs ont notamment pu échanger avec les étudiants et professeurs de l’Université de Benguela à l’occasion d’une journée de conférences portant sur les éclipses, les rayons cosmiques et les planètes extrasolaires.

D’une manière générale, une éclipse de Soleil se produit lorsque la Lune passe devant le Soleil et cache une partie du disque solaire. L’éclipse est dite "annulaire" lorsque la Lune est centrée devant le Soleil, mais trop loin de la Terre pour couvrir entièrement le disque solaire. Dans ce cas, on peut observer un anneau solaire lorsque le Soleil, la Lune et le lieu de l’observation sont parfaitement alignés. La phase annulaire est brève : d’une durée similaire à la durée d’une éclipse totale, au mieux quelques minutes. Le 26 février, la durée de l’annularité fut de 1 minute et 9 secondes sur le lieu d’observation situé près du village de Lucira, sur la côte atlantique à deux jours de route au sud de la capitale Luanda.

On peut voir sur la photographie que l’éclipse annulaire met en évidence la forme de la Lune en ombre chinoise devant le Soleil, avec les montagnes dentelées et un bord accidenté, en contraste avec la forme parfaitement circulaire du limbe solaire.

Dernière modification : 07/03/2017

Haut de page